Ouvrage Chants Partitions Illustrations Extra Achat en ligne
DeutschEnglishEspañol
FrançaisNederlands

Cérémonie de lancement

Cette page témoigne de la réception en l'honneur du Bitu Magnifique, qui s'est tenue aux Halles Universitaires de Louvain-la-Neuve, le mardi 24 avril 2001.

Chorale de la Calotte
 

Discours du Grand-Maître

Mesdames, messieurs, chers camarades, chers fras

Laissez-moi tout d'abord au nom de l'ASBO, vous souhaiter la bienvenue à cette cérémonie de lancement du Bitu Magnifique.

Discours de Dom

Il y a maintenant 14 ans, le 15 avril 1987 pour être précis, trois jeunes étudiants en sciences appliquées fondèrent une confrérie estudiantine qu'il nommèrent "Ordre Académique de Sainte Barbe", en hommage à la Sainte Patronne des ingénieurs. Ils fixèrent d'emblée une série d'objectifs que les membres de cette association s'efforceraient d'honorer au fil des ans. Parmi ceux-ci, un des plus important exige de promouvoir la connaissance, la diffusion d'un authentique folklore estudiantin et en garantir la pérennité par delà les générations. Comment mieux illustrer ce principe sinon par un projet tel que le Bitu Magnifique ? Le chant n'est-il pas un des piliers du folklore estudiantin ? Nous sommes en effet convaincus qu'une guindaille digne de ce nom ne peut se concevoir sans qu'il n'y résonne quelque vibrant hymne à la joie d'être student ou quelque refrain paillard et la disparition d'un chansonnier de référence ne pouvait nous laisser indifférents.

Un autre objectif de l'ASBO est de tisser des liens de connaissance, d'amitié et de solidarité entre les membres, que ceux-ci soient étudiants ou anciens. Et si un projet de l'envergure du Bitu Magnifique a pu voir le jour, c'est parce qu'un groupe de personnes, de copains, d'amis, étudiants ou anciens, ont décidé de s'y atteler et d'y travailler tous ensembles, quelques fois le jour et la nuit. La nuit surtout... Cependant, comme à tout chantier, il faut reconnaître un maître d'oeuvre, et j'en profiterai pour remercier une fois encore notre fra Thomas Quinet pour le travail de titan qu'il a abattu.

Le repli sur soi étant le plus souvent néfaste, il faut donc également veiller à assurer des contacts et rencontres avec des associations à caractère comparable, sur d'autres sites, dans d'autres pays. Je remercierai ici les associations estudiantines qui nous ont fait l'honneur de leur présence ce soir, qu'elles soient ordres, cercles facultaires ou unions régionales.

On a souvent tendance à oublier que l'étudiant joui d'un statut privilégié. Afin de se le rappeler et de montrer, si besoin en est, que guindaille et solidarité ne sont pas inconciliables, l'ASBO se doit également de promouvoir un but social et philanthropique, impliquant le service désintéressé de ses membres. Nous n'y couperons pas et l'intégralité des bénéfices de la soirée qui suivra cette cérémonie sera reversée à l'association "Le Castillon", qui s'occupe d'aide à l'enfance défavorisée.

Enfin, il existe à l'ASBO un but secret et noble uniquement connu des commandeurs, mais ça, vous vous en doutez, je n'en parlerai pas ici.

Maintenant, trêve de bavardages, le temps passe et je sens que déjà les gosiers se dessèchent. Le mien en tout cas ! Il ne me reste plus qu'à souhaiter que vous passiez une excellente soirée en notre compagnie, que vous serez nombreux à nous rejoindre au Cercle Industriel après la cérémonie et que toujours vive, grandisse et s'épanouisse l'ASBO !

Discours de Thomas Quinet

Camarades,

Nous voici rassemblé ici pour fêter le tant attendu "Bitu Magnifique"... mais laissez moi vous conter comment ce dernier est sorti de presse.

Discours de Thom

Lorsqu'il y a maintenant 3 ans, nous avons appris de la bouche de Roald que le "Petit Bitu II" arrivait en rupture de stock, nous avons vu là une occasion unique pour mettre la main à la pâte et se lancer dans ce projet de titan. Refaire un chansonnier estudiantin digne de ce nom, le plus complet possible, restant maniable et résistant à l'usage ! Pas facile tout cela !

De fil en aiguille le projet a pris forme. Les chants ont commencé à s'amonceler dans les répertoires de mon ordinateur, les discussions allaient bon train... et le stock du "Petit Bitu" s'amenuisait. Je ne dois cependant pas vous faire de dessins, vous connaissez aussi bien que moi le monde estudiantin, et vous savez qu'il est parfois dur d'obtenir les motivations nécessaires pour mener à bien des projets d'envergure... manque de temps, manque d'intérêt... le projet connu plusieurs "temps-morts"... Abandonné en mars de l'année passée, repris en juillet avec pour ambition de sortir de presse pour le mois de septembre !

Et bien voilà... nous n'avons que 8 mois de retard! Il faut pourtant dire que c'est à ce moment que le projet s'est emballé et que un grand nombre d'asbomen ont mis la main à la pâte... les corrections furent nombreuses, les pinailles sur les choix des textes, les recherches des paroles d'origine des chants... Il faut avouer que nous avions un peu mal estimé le temps nécessaire à finaliser l'ouvrage... début novembre, nous n'avions toujours pas demandé à Monsieur Ringlet de rédiger la préface, nous n'avions pas de couverture, pas d'imprimeur, pas de dessins, pas de sélection des chants... il y avait encore pas mal de boulot à faire... et les bruits sur des "concurrents" ne cessaient de circuler...

Et puis tout s'est accéléré, Monsieur Ringlet a accepté de faire la préface, Denis nous a fait de splendides dessins (et soufflé des idées pour la couverture), Dulieu nous autorisa à publier ses guindailles, un imprimeur fut trouvé en Pologne (il faut dire qu'on y avait nos petites entrées... ils ont même promis de faire cela en 10 jours... on a vu ce que cela avait donné !!!)... Et puis, à partir de ce 21 décembre, ce fut l'attente interminable, l'angoisse, le stress, la nervosité (et j'en passe) jusqu'à la délivrance le 1er avril... nous avions le Bitu Magnifique en main ! Inutile de dire que nous étions ravis !

Mais pourquoi "Bitu Magnifique" ? Là aussi, le titre fut sujet à de nombreuses discussions, pour finalement se mettre d'accord sur le titre actuel. Nous voulions garder une espèce de filiation avec ce qui avait été fait avant, tout en voulant se démarquer, tant au niveau de la qualité d'impression que de celle du contenu... Et puis, qui n'a pas entendu dire lors des soirées estudiantines "Le duc de Bordeau, page x du Bitu"... Nous avons donc décidé de reprendre le titre de l'antique chansonnier de nos prédécesseurs un peu tombé dans l'oubli ... A l 'époque, ce titre avait été adopté ironiquement par rapport au titre de "Recteur Magnifique"... Si l'université avait son "Recteur Magnifique", les étudiants avaient eux le "Bitu Magnifique"... Nous trouvions l'idée originale, et c'est ainsi que nous avons décidé de le baptiser ainsi.

Au niveau du contenu non plus, le choix ne fut pas facile...Quels chants mettre, de quelles associations, pourquoi celle-là et pas l'autre... choix cornélien. Rapidement, nous avons pris le parti d'orienter ce chansonnier vers le monde des Universités et Ecoles supérieures catholiques. Nous ne voulions pas nous retrouver avec un chansonnier de 2000 pages... Nous avons donc essayé d'être exhaustif dans ce choix de chants d'associations... Hélas, je suis sûr que nous en avons oublié quelques-unes ...tout comme nous avons fait quelques erreurs dans le chant d'autres...

Il a fallu aussi classer les chants... chants sacrés d'une part, chant d'associations d'autre part... chants traditionnels... et même guindailles plus récentes... ces dernières étant parfois d'ailleurs au ras du plancher... mais il faut bien sûr les voir dans la perspective de chants de guindailles des étudiants... et surtout au second ou au nième degré !!! Ce qui fait aussi que cet ouvrage là n'est pas à mettre dans toutes les mains... mais n'est-ce pas là le propre d'un chansonnier étudiant ?

Voilà, comme cela vous savez tout... ou presque... du projet... Je voudrais encore profiter de mon temps de parole pour remercier tous ceux qui, de près ou de loin ont participé à ce projet.... Et Dieu sait s'ils furent nombreux....Je ne les citerai pas car j'en oublierais certainement mais je les remercie chaleureusement. Sans eux, ce projet n'aurait pas pu aboutir. Je voudrais cependant remercier tout particulièrement Monsieur Gabriel Ringlet pour avoir accepté de préfacer l'ouvrage tout en "ne cautionnant pas les textes qui s'y trouvent"... ce que nous pouvons comprendre. C'est avec plaisir que nous lui offrons le numéro 1 de l'édition spéciale numérotée. Merci aussi à toi, Denis, pour tes splendides dessins empreints d'humour et de talent... nous t'offrons également cette édition spéciale. Et enfin encore merci à Marc Quinet pour les heures interminables passées à la relecture (pour l'anecdote d'ailleurs, Bill Gates à tenu encore à relire après toi...) de ces 600 pages imprimées en "caractères 6"... voici aussi une édition spéciale.

Et enfin, je m'en voudrais de ne pas citer la clef de voûte du projet... Si nous sommes ici réunis ce soir avec nos calottes, nos bands, nos commanderies, c'est la preuve que nous avons tous pour ambition de faire vivre un certain folklore. Je ne crois pas me tromper en disant que une bonne partie des personnes impliquée dans le projet l'ont fait par amour du folklore étudiant. En tout cas, c'est mon cas, augmentée de la passion du chant, bien sûr. Et si à certains moments, ce folklore est dénigré, critiqué, endigué, il n'en est pas moins vivant et est une composante essentielle de la vie universitaire... et ce depuis que l'université existe. Par le biais de ce chansonnier, nous avons voulu perpétuer et faire revivre ce folklore cher à nos aïeux, cher à nous-mêmes, et je l'espère... cher à nos descendants... Mon souhait le plus cher est que nous puissions encore et toujours entonner ce refrain universel des étudiants "Gaudeamus Igitur" !

Vente aux enchères du Bitu n69

Remise du Bitu n69

L'exemplaire du Bitu Magnifique numéroté 69 a été attribué à Monsieur Roald Sieberath pour la somme totalement déraisonnable de 6 ou 8000, c'est selon, francs belges.